Chez l’assistante sociale, un an après

Avant-hier, j’ai commencé ma journée par un rendez-vous chez l’assistante sociale (avant d’enchaîner l’après-midi par un rendez-vous chez ma psychiatre en addictologie).

C’était une journée très dense et très fatigante, je ne le cache pas ! J’avais bien chargé la barque en rendez-vous et démarches diverses (en fin de matinée, je suis aussi allée revendre des livres…). J’étais bien épuisée en fin de journée, et j’ai mis toute la journée d’hier à m’en remettre.

Mais, alors que mon tout premier rendez-vous chez cette même assistante sociale m’avait laissée sur un sentiment d’insatisfaction, voire d’humiliation, ce nouveau rendez-vous a été très positif pour moi.

Au départ j’étais un peu déçue, parce que (suite à une bête erreur de formule dans un fichier excel !!), je croyais que ma situation me permettait de demander un prêt social à taux zéro pour me désendetter… Mais hélas ma dette est encore trop importante pour pouvoir y prétendre, et en plus je ne remplis pas encore certaines conditions, comme je l’ai appris avant-hier matin.

J’avoue qu’en découvrant cette erreur de calcul dans mon ficher excel, il y a quelques jours, j’ai failli annuler mon rendez-vous chez l’assistante sociale. Mais je l’ai tout de même maintenu, et je ne le regrette pas.

D’abord, j’ai pu mesurer le chemin parcouru. Ma dette a été considérablement réduite. L’année dernière, je m’étais présentée au rendez-vous sans connaître exactement le montant restant à rembourser sur mes crédits, le montant exact de mon loyer… Cette fois-ci, je suis arrivée avec un tableau parfaitement rempli, je connaissais les chiffres à la virgule près.

Et puis pendant le rendez-vous, ça a été presque un brainstorming avec l’assistante sociale, un bouillonnement d’idées, et je suis partie avec toute une liste d’objectifs à mettre en place.

Rembourser mes plus petits crédits en premier (j’avais déjà commencé à faire un tableau « boule de neige »), constituer une épargne, demander un échéancier pour le paiement de mes impôts sur le revenu, faire mes courses une fois par semaine (au lieu d’un petit peu tous les soirs) pour mieux les budgéter, aller dans un « grand » supermarché pour trouver des produits à plus petit prix, me renseigner sur les marchés de fruits et légumes près de mon lieu de travail, vendre mes vêtements sur Vinted, vendre mes livre chez Gibert

Toutes choses auxquelles j’avais déjà pensé, mais que je n’avais pas listées de manière aussi exhaustive et que je n’avais pas listées en termes d’objectifs.

Et puis, cette histoire de rationaliser les courses, ça m’a fait prendre conscience que j’ai un problème à résoudre depuis plusieurs mois : je ne mange que des pâtes au gruyère, soi-disant parce que c’est moins cher, mais je n’éprouve plus aucun plaisir à manger car mon alimentation n’est pas assez variée. Je suis sûre qu’il y a moyen de me nourrir mieux, en m’organisant différemment, et pas forcément pour plus cher.

Cela m’a fait beaucoup de bien, parce que je suis sortie de ce moment où j’étais ensevelie sous les mauvaises nouvelles. J’ai retrouvé une vision positive de ma situation, et j’ai des projets plein la tête.

Cela fait du bien de se sentir à nouveau acteur de sa vie.

11 commentaires sur “Chez l’assistante sociale, un an après

  1. Wouah, quel beau cheminement, bravo, tu peux être fière de toi!!!!! ❤
    Il y a le site Momox aussi pour racheter tes livres, ils en reprennent certains à un bon prix.
    Pour la nourriture à petit budget, je ne comprends que trop bien, mais si tu acceptes des produits les plus "bruts" possibles, donc les moins transformés, tu peux faire des courses pour peu de frais: du riz, des légumes de saison, des lentilles, des pois chiche pour faire du houmous, moi j'achète un poulet label rouge à Lidl pour 8€ et ça me fait de nombreux repas, avec des pommes de terre. Les conserves sont très intéressantes aussi, pour manger des légumes pour pas trop cher 🙂 Je peux t'aider si tu veux pour le budget courses, je suis la reine des économies 😉
    Bisous, prends soin de toi!

    J'aime

    1. Ah ben si tu as des tuyaux je prends ! moi mon problème c’est qu’en région parisienne tout est cher… et que j’ai du mal à manger des fruits et légumes (en supermarché ils ne sont pas très bons, et je déteste éplucher…).

      Aimé par 1 personne

      1. Ah mince je ne connais pas, à part Carrefour! Plus le magasin est gros et plus les prix sont abordables. Pour les légumes tu as les conserves ou les surgelés, il y en a de très bons 🙂 Privilégier les gros contenants plutôt que les individuels, moins chers, favoriser le brut comme je te le disais avant, les aliments de saison…

        Aimé par 1 personne

      2. Non mais cherche pas je viens d’avoir une idée de génie ! Je vais commander sur internet et me faire livrer. Je suis sûre que mon Carrefour de Créteil Soleil livre gratuitement et que leurs produits sont moins chers.
        Le problème de Paris intra muros et de la proche banlieue, c’est que les supermarchés sont plutôt des grandes épiceries de ville un peu chères, et qu’il faut aller en grande banlieue pour trouver de vraies grandes surfaces.
        Mais je pense qu’avec la livraison depuis Carrefour Créteil Soleil je tiens une vraie bonne idée.

        Aimé par 1 personne

      3. Oui alors, c’est une bonne idée oui et non. L’avantage c’est que je pourrais me faire livrer et que c’est pratique. L’inconvénient c’est qu’il y a moins de choix qu’en magasin, des produits que je ne trouve pas, notamment des « petites quantités ». J’aime bien les trios de petites boîtes de conserve de légumineuses par exemple (lentilles, flageolets…) – je sais que c’est sans doute plus cher que les grosses boîtes de conserve, mais je vis seule et ça me permettait d’avoir des portions individuelles et de ne pas gaspiller ou manger tous les jours la même chose. J’ai commencé à faire un panier tout à l’heure et je me suis rendu compte que mon budget explosait… parce que j’avais été tentée de prendre des produits que je n’achète jamais habituellement. Donc je pense qu’il faut voir. Je pourrais déjà commencer par refaire des courses à la semaine en allant au Simply à côté de chez moi, ou au Carrefour qui est à trois stations de métro de chez moi. Puis que je me fasse livrer uniquement les produits lourds ou encombrants… Panacher, quoi.

        J'aime

  2. J’ai une collègue qui est végan et qui a testé tous les primeurs du coin, autour de mon lieu de travail, il faut que je lui demande des tuyaux. C’est dans ma to-do list, justement 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s